La rotonde ferroviaire de Blois - - /!\ menacée de destruction par la municipalité /!\


[Chapitre 10] Les rotondes ferroviaires, un patrimoine en péril :


La rotonde ferroviaire de Blois est un
témoignage datant de l'âge d'or des locomotives à vapeur qui ont bercé la ville pendant près d'un siècle.
Quand les locomotives furent électriques ou diesel, on leur mis une cabine à chaque extrémité, ce qui résolvait le problème du retournement. On ne construisit donc plus de rotondes, mais des remises avec des rails parallèles, comme au début.

De
nombreuses rotondes furent donc détruites dans le cadre de la restructuration des gares, afin de laisser place à d'autres bâtiments plus modernes ou tout simplement parce que les dépôts ont été supprimés (à cause, par exemple, de suppression de lignes), ou bien dans le cadre de réhabilitation de quartier, car on n'y voyait pas d'intérêt. Voici une liste, non exhaustive, des rotondes détruites, dans la région et aux alentours, dressée à partir d'observations sur les photos aériennes anciennes :
- Vendôme (qui a été construite avant 1882), détruite autour de l'année 1980,
- Saint-Pierre-des-Corps, entre 1956 et 1960,
- Tours, dans le quartier du Sanitas, entre 1956 et 1961 pour construire de grands ensembles,
- Bourges, qui en avait 2, entre 1988 et 1994 (pont tournant supprimé entre 1980 1986),
- Châteauroux, entre 63 et 65,
- Gien, entre 56 et 63,
- Montargis, entre 77et 83,
- Pithiviers, entre 61 et 82
- Le Mans, une avant 1945 et deux vers 1990,
- Montluçon, dont les 3/4 ont été détruits entre 1975 et 1980,
- Limoges, avant 1950 (bombardée ?)
Et, c'est sans compter celles qui ont été bombardées pendant la guerre et qui n'ont jamais été reconstruites (Orléans, Angers - en grande partie détruite et qui sera en partie reconstruite, avant d'être démolie entre 1954 et 1958-, Poitiers qui en possédait 3...). En outre, de nombreuses gares ne possédaient pas de rotonde, mais un simple pont-tournant qui lui aussi a été détruit, comme à Dreux, Laval Rennes ou des remises sur grill abrités.
© 2013-2015 blois.me
La rotonde de Saint-Yzan-de Soudiac (détruite).
Les deux rotondes de Troyes (détruites).
De fait, elles constituent un élément rare : en effet, il ne reste plus qu'environ 55 rotondes ferroviaires en France, et plusieurs d'entre elles sont menacées de démolition (Blois, Laon, Annemasse en Savoie prévue fin 2013-début 2014, Marseille Saint-Charles), ou sont en état de péril (Lunel, dans l'Hérault ; Orange ; Benestroff, en Moselle, ;...) et pour certaines, bien qu'elles soient encore utilisées, leur avenir demeure incertain (Moulins, St Etienne, Lyon Mouche, Clermont-Ferrand).
Dans l'ensemble, beaucoup sont plus grandes que celle de Blois, mais sont aussi moins anciennes (vers 1930, particulièrement dans l'Est, où beaucoup ont été détruites en 1914-18 et en 1939-45, et où la zone, très industrialisée, a contribué au développement du transport ferroviaire, et donc à la construction de grandes rotondes comportant plusieurs dizaines de voies).

En région Centre, seules deux ont réussi à parvenir jusqu'à nous : celle de Chartres et celle de Blois, que la municipalité s'apprête à détruire, par méconnaissance et par manque d'intérêt des élus.