© 2013-2015 blois.me
La rotonde ferroviaire de Blois - - /!\ menacée de destruction par la municipalité /!\


[Chapitre 2] Qu'est-ce qu'une rotonde ferroviaire ?

Les rotondes sont des remises à locomotives. Elles étaient destinées à
garer les locomotives à l'abri des intempéries ainsi qu'à assurer leur entretien. Elles formaient alors le coeur d'un dépôt ferroviaire. Alors que la forme la plus simple des remises est d'être de forme rectangulaire et de posséder des voies parallèles (appelé alors remise sur gril), la particularité d'une rotonde est d'être en arc de cercle et de posséder des voies rayonnantes autour d'un pont tournant.

Ce pont tournant permettait de faire faire demi-tour aux locomotives, qui étaient alors à vapeur, ne comportaient qu'une cabine et donc ne circulaient avec facilité que dans un sens (contrairement aux locomotives diesel ou électriques qui leur ont succédées et qui possèdent deux cabines), et aussi d'envoyer les locomotives dans chacune des voies de garage.

Le pont tournant de la rotonde ferroviaire de Blois a été démantelé entre 1975 et 1978 (d'après observation des photos aériennes de l'IGN), mais la rotonde est parvenue jusqu'à nous.

Le bâtiment s'organise en
travées autour de cet ancien pont tournant, d'où ce plan circulaire. Il comporte autant de travées qu'il y a de voies.

Ce type d'architecture obéit à un contexte de rationalisation : c'est ce qui se fait de mieux au niveau fonctionnel, car c'est le type de bâtiment qui permet de garer le maximum de locomotives sur un minimum de place tout en conservant chacune accessible.
La rotonde de Blois comporte à l'arrière un atelier (inscrit au-dessus d'une porte) et sur le côté, un appentis qui abritait une lampisterie (lieu où étaient rangées les lanternes qui étaient accrochées à l'avant des locomotives et au wagon de queue, et où le lampiste les entretenait, les réparait et les préparait) ainsi qu'un magasin où devait être stockées diverses pièces pour la mécanique, ainsi qu'un réfectoire où les machinistes et les mécaniciens mangeaient. Comme tous les dépôts, il devait y avoir une forge afin de faire des réparations. Il est fort probable que celle-ci se situait dans l'atelier.
La rotonde de Coutras en Gironde (détruite).
La rotonde de Blois, plan de principe et photo aérienne prise par l'IGN en 1958.
Un pont-tournant (non localisé)