© 2013-2014 blois.me
Les pavés de la rue du Foix [éléments menacés de disparition]

Autrefois, la plupart des trottoirs étaient pavés, ainsi que certaines rues. Ces pavés, réalisés à la main, ont pour la plupart disparus ou ont été recouverts de bitume, de manière progressive, au fil du temps, rue après rue, au fil des aménagement successifs, ce qui fait, qu'aujourd'hui peu de rues les ont conservés. Cependant, un certain nombre de rues du quartier Saint-Nicolas et du quartier du Foix ont eu la chance de conserver un certain nombre de ces pavés ainsi que leurs bordures d'origine.
Pavés en grès sous la chaussée d'une rue perpendiculaire à la rue du Foix.
Chasse-roues et marches réalisées avec la même pierre que les pavés et les bordures.
Pavés d'origine replacés et jointoyés.
Pavés d'origine placés bord à bord et non jointoyés.
Sortie de garage en brique.
Décors devant une porte.
La rue du Foix.
...
Relevé de la rue du Foix et de ses trottoirs. En orangé, les trottoirs pavés ; en rouge, en brique ; en gris, les portions en ciment ; en violacé, celles en goudron.
La municipalité a décidé de refaire la partie Est de la rue du Foix (la seconde partie suivra plus tard). Le projet a été présenté très sommairement lors de la réunion publique du quartier centre, à l'automne 2013. Le projet est de mettre cet axe en zone de rencontre (vitesse limité à 20km/h), ce qui est une très bonne chose. Pour cela, il est donc question de mettre la chaussée à plat, (suppression des trottoirs) et de réaliser un revêtement qualifié de "béton qualitatif" lors de cette réunion, ce qui ne veut strictement rien dire.
Le projet a été présenté ensuite aux élus municipaux lors d'une commission. D'après ceux-ci, il serait question de supprimer la totalité des pavés et des bordures et de les remplacer par un revêtement en béton brossé (un béton qu'on brosse afin de laisser apparaître des stries parallèles), au centre, la chaussée resterait en goudron, et des caniveaux délimiteraient ces deux espaces et seraient réalisés en pavés neufs, les mêmes que l'on trouve dans les rues qui ont été refaites récemment : rue des Juifs, etc.

Le béton brossé est, certes, un matériau intéressant (même s'il demande un nettoyage régulier pour éviter qu'il noircisse), mais il s'utilise plus dans les zones pavillonnaires, dans des quartiers modernes, mais pas dans un quartier ancien, et encore moins pour remplacer des pavés séculaires qui ont eu la chance de parvenir jusqu'à nous et qui font le charme de ces rues anciennes.

Un comble, car dans toutes les rues du centre-ville qui ont été refaites et qui ne possédaient plus leurs pavés, on s'est borné à mettre des pavés neufs, et ici, alors qu'ils existent et qu'ils sont d'origine, on veut absolument les retirer ! Quellle est la logique ?

Par ailleurs, les pavés mis au centre ville dans le cadre des rénovations viennent du Poitou. Ceux de ce quartier ont été réalisés à la main, en pierre locale (calcaire de Beauce et plus précisément plus probablement en pierre de Pontlevoy (23km) ou de Maves/Conan/Pontijou (17km) et sont donc propres à la région.
Les marches des portes, les encadrements et parfois les soubassement des immeubles (lorsque ceux-ci ne sont pas recouverts d'enduit) sont réalisés avec cette même pierre, très solide et non gélive.

Certes, il n'aurait pas été possible de paver les autres rues avec ces mêmes pavés, cette pierre n'étant plus exploitée, mais au contraire, lorsque ceux-ci existent, on aurait tout intérêt à les prendre comme atout et à chercher à les conserver plutôt qu'à chercher à les retirer à tout prix. Pourquoi ne pas utiliser ces atouts, quelle est l'intérêt de mettre dans certaines rues des pavés qu'on trouve partout ? Quel est l'intérêt de faire dans certains rues du faux ancien (pastiche) pour "faire authentique" (sic), et de retirer les véritables éléments anciens, véritablement authentiques ? Quand on a la chance d'avoir un matériau vernaculaire, propre à la région, qui a traversé le temps, quel est l'intérêt de le supprimer par un matériau qu'on trouve partout ? N'est-ce pas la différence qui fait la richesse et l'attrait ?

Par ailleurs, ceux-ci n'ont pas de problèmes de joints, contrairement aux vrais faux pavés anciens des secteurs réhabilités, car à l'origine, les pavés étaient simplement posés sur du sable (car ce matériau conserve sa stabilité), il n'y avait donc pas de joints, les pavés étant placés bord à bord.
Lors des voeux du quartier Centre, la réhabilitation de cette rue a été citée parmis les projets à venir, et le Maire a affirmé qu'il avait travaillé avec les associations du patrimoine blésoises, or, après discussion avec le Président de la seule association blésoise du Patrimoine (les Amis du Vieux Blois), aucun travail n'a été effectué avec celle-ci. Aucun travail n'a non plus été réalisé avec les habitants, qui auront le droit à une simple réunion de présentation une fois que celui-ci sera calé. Alors que la rue est située en secteur sauvegardé, aucun travail n'a été effectué à ce jour avec l'ABF (Architecte des bâtiments de France), renseignements pris auprès de celui-ci, début février 2014.

Par ailleurs, le retrait de ces pavés et de ces bordures va à l'encontre du PSMV (Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur) de la ville de Blois (le règlement applicable au secteur sauvegardé), alors que cette rue est en secteur sauvegardé (extrait de l'article USa.3 3.3 portant sur la voirie : "les revêtements anciens en pavage ou dallage ne peuvent être que conservés et restaurés."(pp. 13-14). Ce qui est étonnant !

La deuxième partie de la rue conserve elle aussi une partie de ses pavés anciens (mais pas située en secteur sauvegardé), et va aussi être "réhabilitée", mais plus tard. Il n'y a aucune raison pour que ses pavés ne subissent pas le même sort.
En toute logique, cela devrait coûter moins cher de conserver ces pavés et ces bordures et d'avoir seulement à réaliser une mise à niveau quand cela le nécessite, ainsi que de surélever la chaussée, que d'avoir à refaire toute la chaussée et d'acheter de nouveaux matériaux (pavés venant du Poitou pour les caniveaux,...)
Certes, par endroit, dans la rue, il manque des pavés, qui ont été remplacés par du ciment ou du goudon, dans ce cas, pourquoi ne pas réaliser là, le béton brossé et uniquement là, ou mieux, réutiliser les pavés situés devant le logis du XVe siècle qui a été détruit en Vienne évoqué plus haut, qui sont destinés à être retirés et.... jetés !